JOURNEE MONDIALE DE L’ECRITURE MANUSCRITE

Pour 80% des Français, le niveau d’orthographe s’est dégradé !

En cause ? Fréquence de lecture, usage de l’écriture manuscrite et niveau de l’enseignement en baisse versus langage sms et autres correcteurs en vogue !

Paris, le 12 janvier 2024 – A l’occasion de la Journée Mondiale de l’écriture qui se déroule le 23 janvier, l’Ufipa (Union de la filière papetière) alerte sur l’importance de l’écriture manuscrite dans le niveau d’éducation en France. Pour cela, l’association, qui représente 72 des plus grands acteurs de la filière papetière, révèle une étude* menée avec l’institut de Opinion Way destinée à évaluer la perception des Français sur le rôle que joue l’écriture manuscrite dans la construction du savoir.

« Comment rester insensible face à la baisse visible du niveau d’éducation dans notre pays ? Le dernier classement PISA est inquiétant à plus d’un titre sur le niveau des élèves français en mathématiques et en compréhension écrite qui ne cesse de baisser. Au sein de notre filière, nous ne voulons pas rester inactifs et souhaitons agir, avec nos moyens, pour réconcilier nos enfants avec l’apprentissage. » alerte Stéphanie Verrier, Présidente de l’UFIPA Un constat quasi-unanime sur le niveau d’orthographe en berne Une large majorité de Français estime qu’au cours des dernières années le niveau en orthographe s’est dégradé (80%). Un sentiment négatif qui s’amplifie d’année en année puisqu’ils étaient 78% à penser cela en 2021.
« La baisse de la pratique de l’écriture manuscrite se reflète dans la consommation des Français de produits de papeterie et d’écriture. Ainsi, en à peine dix ans, le marché de l’écriture (en volume à la pièce depuis 2014) a connu une baisse de 16,2% et celui du papier et de 47,7% **! Des chiffres alarmants pour notre filière mais aussi pour notre société. Le rapport au papier, à l’écriture, à la créativité, à l’apprentissage, à la concentration, à l’éducation sont en crise et il est urgent de s’en soucier et d’inciter nos concitoyens à agir pour les préserver » poursuit Stéphanie Verrier.


En détails, les Français qui estiment que ce niveau a le plus baissé sont :
• 95% des personnes âgées de 65 ans et plus (+9 points par rapport à 2021)
• 83% des Français n’ayant pas d’enfants de moins de 18 ans au sein de leur foyer (+2 points par rapport à 2021).
Les plus optimistes quant à eux, sont :
• 18% des moins de 35 ans
• 10% des Français issus des catégories socioprofessionnelles dites supérieures
• 11% des parents d’enfants mineurs.
L’étude révèle toutefois que pour ces trois catégories de la population, le sentiment d’amélioration décélère (respectivement -3 points, -6 points et -5 points par rapport à 2021).

Une baisse du niveau d’orthographe qui trouve des explications

Pour les personnes interrogées, la baisse du niveau général d’orthographe n’est pas le fruit du hasard. Plusieurs sources sont évoquées :
• Une baisse de la fréquence de lecture pour 63%
• L’utilisation du langage sms pour 61%
• La baisse de l’apprentissage de l’écriture manuscrite pour 45% (-4 points par rapport à 2021)
• Les correcteurs d’orthographe pour 44% (-2 points par rapport à 2021)
• L’augmentation de la présence de textes contenant des fautes pour 28% (-2 points par rapport à 2021)
En revanche, l’utilisation d’une intelligence artificielle générative n’est pas perçue comme alimentant ce phénomène (17%).

L’étude révèle par ailleurs des désaccords générationnels :
• 57% des moins de 35 ans lient la baisse du niveau d’orthographe aux correcteurs des ordinateurs et téléphones (deuxième position, +5 points par rapport à 2021).
• Un quart d’entre eux justifie aussi cette tendance par l’utilisation de l’intelligence artificielle (25%).
• Au contraire, les Français plus âgés jettent principalement la pierre à l’utilisation du langage sms (70%) et à la baisse de fréquence de lecture (69%, +5 points par rapport à 2021).

La baisse du niveau de l’enseignement + la baisse de l’usage de l’écriture manuscrite = deux facteurs aggravants

les Français sont davantage à mettre en avant la baisse du niveau de l’enseignement (52%), seule clef d’explication qui enregistre une hausse en 2024 (+7 points par rapport à 20212).
Cette baisse du niveau de l’enseignement est à lier à la baisse de l’usage de l’écriture manuscrite (55%, -7 points par rapport à 2021).
Plus précisément, neuf Français sur dix jugent que cette baisse de la pratique joue un rôle important dans la baisse du niveau des élèves (90%, dont 52% tout à fait d’accord).
En détail, à nouveau quelques contradictions entre les générations :
• La baisse de l’usage de l’écriture manuscrite (64%) et la baisse du niveau d’enseignement (63%) sont davantage des facteurs explicatifs de la baisse du niveau pour les 65 ans et plus (contre respectivement 44% et 41% pour les moins de 35 ans).
• En ce sens, les plus âgés jugent que l’écriture manuscrite joue un rôle important dans la baisse du niveau des élèves (96% des 65 ans et plus, dont 64% tout à fait d’accord ; contre 86% des moins de 35 ans).

L’écriture manuscrite, plébiscitée pour ses vertus d’apprentissage

Critiques envers le niveau en orthographe de leurs compatriotes, les Français accordent à l’écriture manuscrite de nombreuses vertus :
• Elle stimule la réflexion (89%),
• Elle permet de mieux apprendre (89%),
• Elle aide à mieux mémoriser (87%, +6 points par rapport à 2019)
• Elle stimule la créativité (80%, +8 points par rapport à 2019). La place de l’écriture manuscrite dans l’imaginaire des Français trouve aussi sa justification dans l’opposition qu’elle cristallise avec le numérique.
• Trois quarts des personnes interrogées n’aiment pas se sentir dépendantes de la technologie (72%, +13 points par rapport à 2019).
• Et moins d’une personne sur deux considère qu’écrire sur des supports numériques est plus vertueux que sur des supports papier (45%).

* Sondage OpinionWay pour UFIPA – Réalisé auprès d’un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence – Terrain mené les 3 et 4 janvier 2024.

** Données GFK – Ventes des marchés de l’écriture et de la papeterie – 2014 à 2022

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger l’infographie